Cette femme refuse de se raser la moustache et le monosourcil pour « filtrer » les mauvais rencards

Une femme refuse de se raser le visage, même si les hommes la dévisagent, car cela l’aide à filtrer les mauvais rencards. Eldina Jaganjac a grandi dans une petite ville où tous ceux qui avaient l’air différents se distinguaient vraiment.

Cette jeune femme de 31 ans, originaire de Copenhague, au Danemark, était de plus en plus frustrée par les normes de beauté. En effet, elle n’aimait pas le fait que les femmes devaient consacrer plus de temps et d’argent que les hommes à l’entretien de leur apparence par l’épilation.

En mars 2020, l’enseignante a donc décidé de célébrer les poils de son corps en abandonnant la pince à sourcils et en se laissant pousser la moustache. Eldina a appris à ignorer ce que les gens pensaient, mais elle admet que des hommes lui ont crié « rase-toi » dans la rue et ont fixé ses sourcils comme si elle avait une « troisième tête ».

« Avant de laisser mon monosourcil pousser, j’avais l’impression que les options étaient très limitées quant à l’apparence que les femmes étaient censées avoir », a déclaré Eldina. « Par rapport aux hommes, nous sommes censées consacrer beaucoup plus de temps et d’argent à notre apparence pour être considérées comme visuellement acceptables dans la société. »

« Comme beaucoup d’autres femmes, j’ai appris à me surveiller moi-même. Par exemple, je ne me sentais pas à l’aise d’aller dehors si mes sourcils n’étaient pas de taille acceptable, et je n’allais pas à la salle de sport si mes jambes n’étaient pas rasées. »

« J’ai maintenant choisi de me concentrer sur les tâches et les objectifs que je dois réaliser plutôt que mon apparence ou l’opinion des gens, parce que je ne les reverrai probablement jamais. Je me fiche de ce que les gens pensent. C’est un choix personnel que chacun doit faire, et je souhaite que les gens s’en fichent aussi, peu importe l’apparence qu’une femme choisit d’avoir. »

« Avant, je me sentais moins féminine à cause de mes sourcils plutôt volumineux. Quand mes poils ont commencé à pousser à l’adolescence, j’ai remarqué que j’étais considérée comme une brute. J’ai aussi constaté que la plupart des filles autour de moi paniquaient vers l’âge de treize à quatorze ans et commençaient à se raser et à s’épiler parce qu’elles voulaient être acceptées en tant que femmes. »

« Des gens sont venus me voir dans la rue pour me dire que mes sourcils étaient cool, et quelques-uns m’ont crié dessus. C’était embarrassant au début, mais si certaines personnes n’ont rien d’autre à faire que de crier sur des étrangers, alors qu’il en soit ainsi. Je ne veux pas gaspiller mon énergie avec quelqu’un qui a clairement trop de temps libre. »

Eldina pense que certains hommes la maltraitent parce qu’ils ont eux-mêmes du mal à être « virils ». « J’ai reçu quelques commentaires grossiers ici et là, mais très peu venaient d’adultes », a-t-elle déclaré. « Ce sont surtout des adolescents sur les médias sociaux qui ont tenté de m’expliquer comment pratiquer l’art de la toilette personnelle. Ou simplement en commentant “monosourcil”. »

« La réaction des gens est en fait presque entièrement positive. J’ai cependant remarqué que quelques hommes adultes fixent mes jambes non rasées et mes sourcils comme si j’avais une troisième tête. Mais je reçois une attention très positive et j’arrive à éliminer les personnes les plus conservatrices dès le début. »

En ce qui concerne les rencontres, Eldina dit que sa moustache l’aide à « filtrer » les personnes qui ne sont pas compatibles avec ses croyances. Elle ajoute que son monosourcil lui a donné plus d’assurance quant à sa beauté naturelle.

« D’une certaine manière, je suis plus confiante, car je n’ai plus peur d’avoir l’air différente et j’ai l’impression de pouvoir faire des choix moins traditionnels en général », a déclaré Eldina. « Cela m’a aussi aidée à être plus ouverte visuellement et plus créative et à avoir plus de courage. »

« Je veux faire passer le message que nous sommes tous différents, et que c’est bien ainsi. Il n’y a ni bien ni mal, mais chaque personne, quel que soit son sexe, devrait avoir le droit de faire ce qu’elle veut de son apparence. Faites ce qui vous plaît et les bons amis resteront avec vous. Je ne suis ni pour ni contre le rasage ou l’épilation, mais je suis partisane du droit de chacun à choisir pour lui-même. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *